Réflexion sur les émotions humaines et animales.



Dans la monde actuel, qui s'éveille peu à peu à la conscience animal, reconnaître des émotions chez les animaux n'est pas vraiment évident. Heureusement nous savons qu'ils en ont au même titre que nous, et nous savons aussi qu'ils perçoivent nos émotions bien mieux que nous ne percevons les leur. Dans quelles mesures cela peut-il poser problème ? Comment recevoir rapidement dans quel état émotionnel nous sommes ? Comment recevoir rapidement dans quel état émotionnel se trouvent nos loulous ?


Chez nous humains, la gestion de nos émotions peut-être un véritable problème. Nous nous laissons envahir par elles et elles nous empêchent d'agir, de nous lancer mais surtout de nous écouter pour trouver la réponse à nos questions. Je parle ici bien sur des émotions pesantes comme le stress, l'excitation due a une peur, l'irritation, la colère... Ces émotions là souvent c'est notre mental qui nous les envoie, et/ou notre Ego. Pour nous protéger face a une situation qu'ils n'arrivent pas à gérer sans filets connus. Le mental et l'ego n'aiment pas vraiment la nouveauté et le saut vers l'inconnu, donc ils nous font ressentir de la peur histoire de pas nous aventurer en terrain découvert. Terrain découvert pour eux ! Pas pour notre Moi Lumineux ! Comme a on toujours apprit à les écouter eux plutôt que la partie "divine", lumineuse en nous, on se laisse envahir par cette information de peur et on cherche à retrouver du confort. Chez les animaux, ce réflexe n'est pas aussi développé. Ils vivent leurs émotions comme elles arrivent, en fonction des situations qui se présentent à eux. La peur qu'il ressentent par exemple devant le bruit d'un feu d'artifice est présente car ils n'arrivent pas à dévoiler cet inconnu, cette provenance du bruit. Leur mental va leur faire se dire "attention danger" car eux aussi sont rattaché à ce principe de survie. Seulement ça s'arrête là pour eux. Ils ne vont pas par exemple ajouter à cette peur la colère de ne pas avoir réussi à se contrôler donc l'auto-apitoiement. Donc la peur est identique pour nous et pour eux mais eux s'en tiennent à une situation = une peur = une émotion alors que nous notre mental a tendance à nous amener un peu plus loin.


Peut-on dire que leur émotions sont plus "pures", plus nettes que les notres ? Oui et non, je pense qu'une émotion est une émotion c'est ce que l'on brode autour qui fait la différence. Prenons l'exemple de la joie de retrouver une personne. Nous sommes heureux d'aller passer un moment avec notre meilleur pote, mais des fois il se greffe d'autres choses autour si on ne prend pas garde à profiter du moment présent. On est heureux mais bim le mental nous fait penser à notre conjoint et on culpabilise de l'avoir laissé, ou encore on est heureux mais notre ego qui a besoin de valorisation trouve d'un coup que notre pote réussi mieux que nous. Et ainsi on se laisse polluer si on n'y prend pas garde ! Les animaux eux sont heureux d'être en compagnie des êtres importants pour eux et... c'est tout ! Ils sont dans le présent, dans l'Être véritable.


Qu'en est-il de la perception des émotions ? Quoi que vous dise votre mental ("je le vois mais c'est physique, ça se voit quoi !") vous ressentez les émotions des autres. Votre petite voix intérieure vous donne tout le temps tout plein de ressentis et grâce au mental vous les traduisez en mots (ben oui il sert pas à rien tout de même !). Et hop là c'est le doute qui vient et qui remet en question ce que vous savez intérieurement. Les animaux ressentent nos émotions, les reçoivent et ce telle qu'elles sont. lls ne vont pas se dire par exemple "je la sens triste, mais elle sourit donc elle n'est pas triste, suis-je bien sur qu'elle est triste ? Et si je me trompais ?" Ils ne doutent pas puisqu'ils reçoivent en conscience et sans filtres. C'est quelque chose de terriblement naturel pour eux, clair et rapide. Après ce n'est pas pour autant qu'ils comprennent l'origine de l'émotion. Par exemple un loulou qui trouve sa gardienne inquiète ne va pas comprendre que l'inquiétude vient d'un soucis financier ou d'une réponse qui tarde à arriver. Si ça arrive qu'ils relient des pensées à des émotions, eux ce qui leur importe ce n'est pas de comprendre l'origine du soucis ou du bonheur, c'est d'avoir reconnu notre état émotionnel. Derrière ça ils vont pouvoir avoir envie de voir partir la tristesse ou le stress en nous, ou au contraire profiter de notre joie. On peut dire que ça les impacte étant donné qu'ils réagissent à nos états émotionnels, donc oui, ce que l'on est, ce que l'on émet à une conséquence directe sur nos amis. Et vice versa, quand on sent qu'ils ne vont pas bien nous sommes également impacté. Si par exemple on ressent notre cheval las et dépressif, notre inquiétude va grandir non ? La transmission de nos émotions, dans un sens comme dans l'autre, nous fait tous réagir. Alors ce n'est pas forcément mauvais ! Non ! Je pense que l'important est de prendre cela comme des informations. Une émotion = une information = un message à faire passer ou a entendre. Un peu comme une sonnerie d'alerte, un "dring" vous avez un message. Bien sur nos émotions vont impacter nos sens physiques et subtils, c'est normal, l'important ici est de ne pas continuer de nourrir ces émotions outre mesure et donc les accepter telle qu'elles sont. Par exemple ce jour là je me sens triste, c'est un fait, y'a de la tristesse au fond de moi. Je ne vais pas nourrir cette émotion en regardant des films tristes, des reportages tristes, pourquoi me ferai-je davantage de mal ainsi ? ça n'a aucun sens. Je me dis "tiens, je suis triste" et je comprend que cet état émotionnel du jour a un sens même si je ne le comprend pas de suite. Je vais donc vivre cette émotion, sans l'entretenir, la laisser passer gentiment. Peut-être vais-je comprendre que plusieurs jours plus tard ce qui m'a rendu triste, mais en attendant je ne vais pas arrêter de vivre pour ça. Pareil pour le stress, l'anxiété. J'ai peur d'une chose qui doit arriver, j'essaye de contenir, de ne pas craquer : en faisant cela, j'entretiens ma peur. Donc non, je vais plutôt décider de la laisser vivre, de la laisser s'exprimer : ça peut-être en pleurant un coup, en criant, en décidant d'aller faire un tour dehors alors que j'ai d'autres choses à faire, peut-importe : je ne laisse pas la peur prendre possession de moi, je la laisse me traverser, je la vis et la laisse passer. Tout cela, les animaux le font naturellement : ils vivent leur émotions telles qu'elles sont. Il m'est arrivé de rencontrer des loulous qui n'arrivaient pas à faire ça, qui bloquaient leur émotions : il y a toujours derrière cette entrave émotionnelle une souffrance et/ou une croyance qui fait barrage (par exemple : il croit qu'en s'exprimant il va être réprimandé).


C'est simple et très difficile à la fois de percevoir les émotions de nos loulous. C'est simple car c'est très clair ce qu'ils transmettent, ils n'ont pas de gêne à montrer ce qu'ils ressentent. C'est difficile car on va douter, on va se demander s'il ne s'agit pas de nos propres émotions, si on se fait pas des films et j'en passe. C'est tout un travail intérieur pour parvenir à s'écouter, donc se comprendre, faire le vide, se mettre en mode réception et recevoir l'état émotionnel de l'animal. Il n'y a pas de méthode ni de fiche pratique : c'est un travail à faire sur Soi qui peut-être plus ou moins long, mais un travail formidable qui ouvre de nombreuses portes en nous-même. Pour transmettre une émotion à notre loulou, je pense que c'est un peu plus facile, car notre volonté d'apaiser par exemple (je ne vous conseille pas du tout d'envoyer de la colère s'il fait une bêtise, je pense que c'est complètement contre-productif !) est plus forte que nos doutes. Notre envie de lui venir en aide va permettre de dépasser le fameux "ça va pas marcher". Et c'est tant mieux car l'important est de croire que le message passe ! (Voir article : transmettre un message). Je me sers souvent de cette technique pour envoyer une émotion, surtout pour apaiser : je comprend alors leur stress, leur angoisse, et sans la renier (car elle existe cette angoisse, elle est réelle !), je leur envoie une émotion plus calme dans le but finalement d'accélérer le vécu de l'émotion négative et qu'elle soit plus rapidement remplacée par une positive. Je les guide en quelque sorte vers un état plus calme, mais sans les empêcher de vivre leur stress. Ce n'est pas de la magie, l'émotion doit faire son chemin pour ne pas être retenue et qu'il reste des résidus plus tard.


Tout a son utilité, le mental, l'ego, les émotions, les pensées, les idées : tout ! Je pense que l'important est de comprendre et d'observer comment nous fonctionnons, ne pas laisser stagner les choses, être un fleuve qui coule inlassablement vers la mer, un courant d'air, vivre au fur et à mesure. Les animaux le font déjà, et je sais pas vous, mais moi je trouve qu'ils ont vachement moins de préoccupations que nous !

70 vues

Contact

Wenaewe - l'harmonie du vivant

wenaewe.ca@gmail.com

06 45 12 32 89

N° SIRET : 818 848 533 00027

Tout droits réservés

Les textes présents sur ce site sont soumis aux droits de propriété intellectuelle et aux droits d'auteur y afférents. L'exploitation non préalablement autorisée, à quel titre que ce soit, de tout ou partie de ce site pourra faire l'objet de toute action appropriée.